Accueil » Mon matériel en voyage

Mon matériel en voyage

Lors de mes voyages, que ce soit à l’étranger ou en France, j’apporte toujours avec moi du matériel pour pouvoir réaliser mes photos ou vidéos que j’aime par la suite poster sur mes différents réseaux sociaux. Beaucoup de personne me demande des conseils sur ce que j’utilise au quotidien, savoir ce que j’emporte avec moi, et dans quel sac je transporte tout cela. Je vais vous éclairer sur ce sujet dans cet article.

Mais avant tout, si j’avais un conseil à vous donner pour ceux qui souhaitent apporter avec eux du matériel pour créer du contenu, ça serait de PROFITER. Je sais que ça à l’air peut être simple comme conseil mais j’ai vu la différence au fil de nos voyages. Lorsque l’on emporte trop des choses, en plus du poids, on a tendance à vouloir tout tester. Au départ, j’essayais d’emporter avec moi le maximum de matériel pour réaliser le plus de plans/photos mais je ne profitais pas vraiment du moment présent. Je pensais plus au contenu que j’allais produire pour les réseaux que de profiter du paysage qui s’offrait à moi.

Avec le temps et l’expérience, je me suis mis à n’emporter que ce dont j’avais besoin pour réaliser les plans/photos que j’avais en tête et auxquels j’avais réfléchis à l’avance. Cela m’a permis à la fois de réduire le poids de mon sac (même s’il reste tout de même encore assez conséquent) mais surtout de pouvoir PROFITER et vivre le moment présent. Cela n’a pas de prix. Il faut trouver un bon compromis entre voyager léger et la possibilité d’immortaliser nos voyages aux quatre coins du monde. C’est pour cela que je vais vous montrer comment je m’organise pour préparer mon sac de voyage.

PARTIE APPAREIL PHOTO :

1- Panasonic Lumix S5

J’ai longtemps eu le Fujifilm XT3 qui m’a permis de débuter la photographie. Pendant 2 ans, j’ai pu m’en servir pour shooter les paysages aux différents coins du globe. Mais récemment j’ai décidé de partir sur un plein format plutôt spécialisé en vidéo à savoir le S5 de Panasonic, un des hauts de gamme hybride de cette marque. J’avais remarqué quelques lacunes vidéos ou des fonctions manquantes avec mon XT3 qui me faisait raler lors d’un tournage. Le panasonic S5 repondait à ce que je recherchais à la fois au niveau vidéo que photo. Et honnetement, quelques minutes après la prise en main, j’ai pu déjà contasté des différences avec le XT3 que ça soit au niveau de l’image en photo qu’en vidéo. C’était pour moi le bon choix et j’en suis pleinement satisfait à ce jour.

  1. Les avantages de ce boitier :

Une stabilisation de capteur efficace permettant de prises à main levée et essentiel en vidéo, un mode haute définition 96 Mpx, un écran orientable pour les facecams ou en voyage pour les vlogs, prise en main agréable, protection tout-temps grâce à sa tropicalisation (permettant d’explorer les pays dans toute sorte de température et de climat) et enfin dans les hautes sensibilité, la qualité est bonne

  • 2.Les inconvénients de ce boitier

Tout n’est pas parfait dans ce boitier, mais pour mon utilisation et ma pratique photographique c’est amplement suffisant.  Le viseur est décevant mais compensé par un écran LCD lumineux. Il ne possède qu’un seul logement compatible UHS-II. L’autofocus présente quelques petites lacunes surtout en animalier. Peut-être qu’il sera corrigé dans l’avenir avec un futur firmware. La stabilisation est efficace mais également bruyante.

En vidéo, on retrouve un recadrage en 4K 60i/s ce qui peut être embetant suivant la scène mais pour l’instant j’ai toujours su m’adapter aux situations qui s’offraient àmoi.

Avant l’acquisition de mon hybride, je tournais mes vidéos simplement avec mon portable. J’ai vu une grande différence entre les deux et puis l’expérience aussi a joué un grand rôle. Il ne faut pas oublier que ce n’est pas le matériel qui est déterminant mais notre créativité. Même si je vous l’accorde, c’est toujours mieux d’être bien équipé.

Je l’emmène avec moi à chaque voyage pour capturer l’instant qui me mettra des frissons, qui me fera ressentir une sensation forte à la simple vue du cliché. J

Pour la réalisation de mes projets vidéos, j’utilise un filtre ND variable qui me permet d’avoir une certaine flexibilité en fonction de la luminosité ambiante. Pour ceux qui ne s’y connaissent pas, le filtre ND permet de réduire la quantité de lumière qui rentre dans le capteur de l’appareil photo. En filmant en 25i/s, pour obtenir un flou de mouvement réaliste dans l’image auquel nos yeux sont habitués, il faut que la vitesse d’obturation soit le double du nombre d’images/seconde, c’est à dire que si l’on filme en 25i/s il faut une vitesse d’obturation de 1/50. En photo, le filtre ND me permet de faire des poses longues en jouant sur la quantité de lumière qui rentre dans le capteur me permettant d’augmenter la vitesse d’obturation.

Coté objectif, j’ai opté pour un objectif Sigma 28/70 f.2,8 permettant une grande polyvalence. La qualité et le piqué est au rendez-vous. Les fonctions comme l’autofocus sont également de la partie. L’autre choix aurait été de prendre directement la gamme Panasonic mais mon budget ne me le permettait pas vu le prix du boitier.

2- Stabilisateur Ronin SC

Pour pallier le manque de stabilité de mon appareil photo hybride, je me suis équipé d’un stabilisateur pour faire des plans plus « smooth », plus fluide. Je ne l’utilise pas systématiquement pour chaque plan car cela serait trop long de le sortir à chaque fois, mais dès que j’en ai l’occasion je n’hésite pas. Pour les débutants, je ne pense pas que cela soit nécessaire d’investir directement dans un stabilisateur, il vaut mieux apprendre à bien se servir de son appareil photo dans un premier temps. Si je n’ai pas l’idée de réaliser une vidéo, je n’emporte pas mon stabilisateur et dans ce cas un simple trépied suffit. Il me permet de faire des photos de nous deux grâce au retardateur.

3- Micro Rode

On pense souvent à tords qu’il n’y a que la qualité de l’image qui importe lors de la réalisation de vidéos, mais c’est faux. Le son est tout autant voire plus important que l’image. C’est pourquoi j’utilise ce micro Rode qui marche plutôt bien même si l’enregistrement peut parfois être difficile dans des conditions de vents importants. Directement branché au boitier où il est directement alimenté, il permet de capter à la perfection les voix. Il en existe d’autres qui fonctionnent avec des piles mais je ne les ai pas testés.

PARTIE DRONE :

1- Dji Mavic 2 Zoom

En tant que télépilote de drone professionnel, il est impensable pour moi de me passer de la variété de plans qu’offre un drone. Cela donne une toute autre perspective à une scène, à un paysage. Dès ma première utilisation, je me suis pris au jeu jusqu’à ce que cela devienne quasiment une passion !

Je me suis orienté dès le départ vers un drone offrant une qualité optique importante car je savais que je voulais professionnaliser ma passion dans l’avenir. Bien sur, il n’est pas nécessaire de partir sur un drone de cette qualité si vous avez simplement l’intention de garder quelques souvenirs de vos vacances comme je l’explique dans mon autre article : « Débuter avec un drone ».

Ce drone s’adapte facilement à tous les terrains que j’ai pour l’instant exploré que ça soit dans un environnement chaud ou froid, en forêt ou à la plage. Le gros avantage de ce drone c’est sa compacité. Il est pliable, ce qui permet de réduire l’espace prit dans mon sac et ne pèse que 905 grammes.

Malgré l’évolution ces dernières années de la gamme de DJI, mon drone reste encore d’actualité après plus de 2 ans. Je réfléchis à en changer à l’avenir mais il faudra alors une grande avancée technologique ou optique, peut être le futur MAVIC 3 PRO.

2-Dji FPV

Récemment, un nouveau drone est venu compléter mon équipement à savoir le DJI FPV me permettant d’obtenir des plans plus immersifs pour mes vidéos et surtout me procure un immense plaisir lorsque j’ai le casque DJI FPV V2 sur les yeux. On a presque l’impression de voler en même temps que le drone. L’immersion est totale du fait de la vitesse plus élevée à laquelle le drone peut voler. Je ne le prends que quand je veux faire de l’immersif car il ne faut pas trop se charger inutilement. Il pèse 795 grammes auquel il faut ajouter le poids des batteries, du casque, des filtres ND et enfin de la radiocommande. Il est nécessaire d’anticiper, et prévoir si un drone comme celui-ci vous sera utile pour votre futur voyage avant de s’encombrer inutilement.

3-Filtres ND

J’utilise des filtres ND à la fois sur mes drones et sur l’appareil photo. Je vous explique plus en détail dans l’article qui suit l’utilité de ce type de produit mais concrètement c’est un peu comme des lunettes de soleil pour drone, permettant d’adapter la quantité de lumière reçue par le capteur. Pour le Mavic 2 Zoom, j’utilise la marque PGYTECH et pour le DJI FPV j’utilise les filtres ND de la marque Freewell.

MES AUTRES ÉQUIPEMENTS :

Mon sac à dos : INATECK

Ce sac grande capacité, avec des dimensions de 35*16*51 cm me permet de ranger tout mon équipement (drone, appareil photo, objectifs, batteries). Les nombreux compartiments modulables permettent d’organiser son sac facilement. Qualité des matériaux de fabrication et des finitions au top, tout est très qualitatif. Il faut dire aussi que je le trouvais vraiment sympatique esthétiquement. Il possède une ouverture côté dos ce qui un plus au niveau de la sécurité et une protection étanche. Il coûte 80 euros, un excellent rapport qualité-prix lorsque l’on compare à des marques plus reconnues comme Lowepro ou Torvol.
Je le recommande sans hésitation. 

Mon smartphone : IPHONE X

INDISPENSABLE ! C’est clairement un outil dont je ne pourrais pas me passer. Pour la réalisation de storys, de montages rapides pour les réseaux sociaux, de photos prises sur le vif, un smartphone récent qu’importe la marque est une plus-value importante. Les smartphones sont maintenant équipés de très bon capteur photo et vidéo.

Mais surtout, c’est un complément obligatoire pour mon drone. Pour contrôler mon aéronef, la radiocommande est directement branchée à mon smartphone pour avoir un retour vidéo en direct. Cela permet de réaliser les plans que j’avais imaginé aussi précisément que possible.

Batterie externe type powerbank 10000mAh

Tomber en rade de batterie en fin de journée alors qu’un merveilleux sunset se prépare à l’horizon, ce n’est pas possible… Pour éviter cette situation, j’utilise une batterie externe pour smartphone qui me permet d’utiliser mon smartphone un peu plus longtemps. C’est d’autant plus indispensable quand on sait que mon smartphone a plus de 3 ans et sa batterie commence doucement à me lâcher…

Ordinateur Dell

En voyage, je ne me sers de mon ordinateur que pour rédiger quelques articles de blogs et pouvoir transférer les rushs de la journée. Je ne fais pas les montages en suivant, je préfère profiter au maximum de mon séjour. L’ordinateur portable DELL dans lequel j’ai investi est destiné au départ au gaming car j’avais besoin de puissance, d’une mémoire confortable (16Go de RAM) et d’une bonne carte graphique pour l’époque (GeForce GTX 1060) pour faire des montages vidéos sans trop de ralentissements, pour travailler dans de bonnes conditions. Il est possible de travailler également sous Mac comme le tout nouveau MacBook Pro équipé de sa toute nouvelle puce M1 qui selon les différents tests aurait de très bonnes performances bureautiques.

Je compte aquérir l’an prochain le nouveau MacBook Pro M1X qui promet d’avoir des performances assez incroyables pour les créateurs de contenus comme nous.

Disque dur Toshiba 1To

Imaginez que vous rentrez après une journée riche en rush de vidéos et photos, et que lors du transfert des fichiers, votre ordinateur vous dise : « plus de place disponible, libérer de l’espace »… Quelle frustration ! Pour éviter cette situation il est indispensable d’avoir avec soi un disque dur externe. J’ai choisi le TOSHIBA de 1 To et j’en suis ravi. Vitesse de transfert rapide, compact, il répond pleinement à mes attentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 comments