Débuter avec un drone : Les conseils

Accueil » Débuter avec un drone : Les conseils

Avec l’explosion des photos/vidéos aériennes ces dernières années sur les réseaux sociaux et les médias, de plus en plus de monde hésite à sauter le pas et à entrer dans le monde du drone. Il est vrai qu’avant l’achat d’un drone, on se pose plusieurs questions concernant notre capacité à faire voler cet aéronef. On se renseigne, on cherche des conseils pour débuter dans le monde du drone. Mais je vous rassure tout de suite, avec les évolutions technologiques de ces dernières années, il est assez simple de faire voler cet engin en ayant peu d’expérience, en respectant des règles simples que nous verrons dans cet article.

Toutefois, il ne faut pas considérer le drone comme un jouet, car il peut être responsable de dommages importants à la fois pour vous, pour les tiers (personnes, autre aéronef) ou les installations. Il est nécessaire d’apprendre à utiliser son drone dans une zone de vol autorisée, sans trop d’obstacles pour pouvoir garder l’appareil à portée de vue. Les réglementations française et européenne doivent être connu pour éviter tout problème. Nous y reviendrons dans un article dédié.

J’ai commencé le drone en loisir il y a 2 ans, en 2018, avec l’achat de mon premier drone, un DJI Mavic 2 Zoom comme je vous l’explique dans mon article sur mon matériel photo. Par la suite j’ai passé ma formation théorique et pratique pour devenir télépilote de drone professionnel en novembre 2020. L’entrée dans le domaine du drone a pour moi été une révolution. Je pouvais désormais réaliser des clichés qu’il m’était impossible de faire auparavant. Je ne pourrais plus m’en passer maintenant ! Lors de mes différents voyages, il m’accompagne et je ne rate pas une occasion de le sortir pour capturer des paysages avec une perspective unique.

Pour tous les débutants ou ceux qui hésitent à acquérir un drone, je vais vous donner mes 4 conseils lorsque l’on débute :

1 – SE RENSEIGNER SUR LA RÉGLEMENTATION ET LA RESPECTER

L’utilisation d’un aéronef, plus précisément un drone en extérieur n’est pas quelque chose d’anodin. En France, de nombreuses règles sont à connaitre avant de se lancer à la fois pour sa sécurité, la sécurité des autres mais également pour ne pas voir la réglementation se durcir au fil des années à cause de certaines personnes qui ne respecteraient pas les règles… Je vous ferais un article complet sur la nouvelle réglementation européenne qui va venir supplémenter progressivement la réglementation française.

Voici un petit récapitulatif des principales règles à respecter :

1 – Pas de vol de nuit (nuit aéronautique) : vous aurez le droit de faire évoluer le drone 30min avant le lever du soleil jusqu’à 30 min après le coucher de soleil.

2- Respecter une hauteur maximale de 120m. Il n’est pas possible de voler à cette hauteur partout en France, il faut donc se renseigner la hauteur autorisée de la zone désirée. Avant cette réglementation européenne, en fonction des zones de vol, il était possible d’aller à une hauteur maximale de 150m.

3- Respecter la vie privée : tout le monde n’a pas envie de se retrouver sur Internet à la suite de la prise de vidéos ou photos par un drone. Il ne faut pas filmer des gens à leur insu car cela peut constituer une infraction pénalement répréhensible.

4- Respecter les zones de vols autorisées : avant tout vol, il faut se renseigner sur les spots autorisés pour du vol loisir. Un des moyens de vérifier cela de manière assez simple, est de consulter la carte disponible sur le site du gouvernement : GEOPORTAIL même s’il manque certaines données. Il existe également des applications qui sont bien faite comme Drone Spot disponible sur mobile ou sur navigateur web. Il est interdit de voler à proximité des aéroports, des aérodromes, de réaliser un survol des villes (sauf autorisation contraire), des bases militaires ou encore des hôpitaux. En fonction de la région, il est parfois difficile de trouver des zones d’entrainements à proximité. Certains font plus de 50km pour trouver un spot autorisé. Il faut aussi prendre en compte cela et se demander si après l’achat du drone, la distance avec une zone autorisée n’est pas un frein à la pratique.

5- Garder son drone en vue. Si vous réaliser un vol FPV (First Person View), il est nécessaire qu’une personne garde le drone en vue avec une possibilité d’intervenir en cas de problème. Pour ceux qui ne savent ce qu’est le FPV, c’est un vol en immersion grâce à des lunettes de réalité virtuelle. Le télépilote n’a plus la notion de l’environnement qui l’entoure, c’est pourquoi une deuxième personne est nécessaire. Il se met à la place du drone, d’où une certaine immersion, une impression de voler.

6- Ne pas utiliser son drone depuis un véhicule en mouvement. Il est cependant possible de faire évoluer son drone depuis un bateau.

7- Le survol des personnes est depuis peu autorisé pour certaines catégories de drone mais dans la majorité des cas, il est interdit. Je vous invite à consulter mon article dédié à la règlementation européenne.

2- BIEN CHOISIR SON DRONE EN FONCTION DE SES BESOINS

Voilà une question qui m’a souvent été posé par des personnes qui voulaient se lancer dans la grande famille du drone : “Tu me conseillerais quel drone pour commencer ?”. Il est compliqué d’y répondre de manière homogène tant il y a de profils différents. Déjà, choisir son premier drone doit être quelque chose de réfléchi. Il existe des drones pour tous les budgets allant d’environ 100 euros à plus de 1000/2000 euros voir encore plus cher pour des actes bien spécifiques (agriculture, BTP,…). La plupart des personnes veulent acquérir un drone pour réaliser des photos/vidéos de leur voyage pour en garder un souvenir inédit. D’autres vont vouloir une meilleure qualité photographique dès le début car ils vont vouloir faire évoluer leur pratique rapidement pour pourquoi pas en faire leur métier, ou des missions pour des clients.

Si je devais conseiller un drone pour débuter pour simplement garder des souvenirs avec une qualité optique très acceptable, j’orienterais mon choix vers le DJI MINI 2. C’est un drone 4k ultra-performant et pliable avec un excellent rapport qualité/prix. Il est équipé d’une nacelle stabilisée sur 3 axes avec un capteur 1/2,3 permettant de filmer en 2,7 et 4k en 30ips (image par seconde) et d’un mode photo 12MP en JPEG/DNG. Il bénéficie de la technologie DJI avec ses modes de vols automatiques qui ont fait la réputation de cette marque à savoir les Quickshot comme le Cercle, Bommerang ou le Dronie. Sa batterie offre une durée de vol maximale de 31 minutes ce qui est une petite pépite pour les drones de cette taille. Il ne pèse que 249g ce qui permet de le faire rentrer dans la catégorie ouverte, sous-catégorie A1 de législation européenne (que nous verrons dans un autre article) qui bénéficie de très peu de restriction. Malgré son poids, le drone résiste bien au vent pour un appareil de ce gabarit.

Un défaut de la première version du DJI MINI était les pertes de signal ce qui a été amélioré dans cette version avec le système Ocusync qui limite des interférences en vol. Il est proposé à un prix de 459 euros ou dans sa version Fly More Combo à 599 euros comprenant 2 batteries supplémentaires et une sacoche de transport. C’est clairement un très bon rapport qualité/prix au vue des technologies embarquées par ce drone.

Pour ceux qui veulent passer directement à un drone avec un meilleur capteur, il existe d’autres alternatives comme le DJI Mavic 2 Pro ou le très récent DJI Air 2S mais le budget sera alors plus conséquent. Tout dépend de vos perspectives dans le monde du drone.

3- APPRENDRE À VOLER : LA RÉPÉTITION, LA BASE DU SUCCÈS

C’est peut-être le plus important, la pratique. Comme dans chaque domaine, c’est la répétition, l’entrainement qui fera de vous un meilleur pilote. Vous ne maitriserez pas tout dès le premier vol, il faut y aller par étape. Déjà, si votre drone en est équipé, il est nécessaire de laisser les différents capteurs allumés permettant d’éviter les obstacles en cas de problème.

Un des conseils que j’aurais à vous donner c’est d’y aller progressivement. Par exemple tester simplement le joystick permettant de fluctuer sur la hauteur du drone et le lacet du drone (rotation du drone à droite ou à gauche). Une fois que vous aurez compris comment bien maitriser cette fonction, vous pourrez passer à la suite en utilisant le joystick de direction permettant de faire évoluer son drone en avant, en arrière, à droite ou à gauche. Il faut également faire attention si l’avant du drone nous regarde, car les commandes seront inversées. C’est peut-être ce que j’ai eu le plus de mal à assimiler au début.

La plupart des drones sont équipés de fonctions automatiques qu’il est intéressant de tester comme par exemple Dronie, ou encore le RTH (Retour to Home) qui permet à l’aéronef de revenir au point de décollage en utilisant le GPS. Avant de décoller, il faut laisser le drone capter les satellites pour obtenir un positionnement GPS ce qui permettra d’utiliser toutes les fonctions de votre aéronef.

Le plus important est de garder sa motivation et de revenir sans cesse s’entrainer jusqu’à pouvoir se dire que l’on connait assez le drone et ses fonctions pour pouvoir voler dans des endroits moins connus que notre terrain d’entrainement.

Personnellement, mon terrain d’entrainement se situe à moins de 10km de chez moi. Bon en ce moment, vous me direz tant mieux avec le confinement. Il n’a rien d’exceptionnel mais ce n’est pas ce qu’on lui demande. Il me permet de voler dans de bonnes conditions avant d’explorer les paysages inconnus du monde. La proximité de ce spot m’a permis d’aller m’entrainer souvent et c’est ça qui m’a fait progresser. Il n’y a pas de secret. Si vous connaissez quelqu’un qui a de l’expérience, n’hésitez pas à lui demander des conseils, voir même d’aller voler avec lui, ça ne sera que plus bénéfique pour vous. De plus, l’entrainement permettra d’entrainer votre œil à capturer le meilleur moment, vous progresserez également en photographie.

Conseils drone pour le spot d'entrainement
Le site ou j’ai appris à voler à 10km de chez moi

4- ÉTUDIER SON VOL AU PRÉALABLE

Avant de se lancer dans un vol, il est nécessaire de renseigner sur plusieurs points :

  • La météo est un élément clé à ne pas négliger car voler avec un vent fort est un exercice périlleux. Il faut essayer de faire voler son drone dans des conditions optimales même si je vous l’accorde, il est parfois difficile de réunir toutes les conditions.
  • Vérifier l’état du drone (hélices, charges de la batterie et de la radiocommande). S’il y a une fissure sur les hélices, il faudra procéder à leur changement avant le vol.
  • Étudier la zone de vol envisagée.
  • Avoir un objectif en tête pour l’évolution du drone dans les airs. Par exemple, faire un plan vers la droite tout en jouant avec la nacelle sur un point d’intérêt. Cela vient avec l’expérience et la répétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *